• Tom

Disparition de William Hart, leader de The Delfonics : hommage au lover de Philadelphie

William Hart, leader et chanteur du groupe The Delfonics est décédé ce jeudi 14 juillet à l’âge de 77 ans.


© DailyMail / Getty Images



Fondé par William Hart aux côtés de son frère Wilbert, The Delfonics prit part à la vague soul de Philadelphie qui a déferlé sur le monde entier à la fin des années 1960 et aux débuts des années 1970.

C’est justement à cette période que le groupe enregistre ses plus grands hits, en commençant par La-La (Means I Love You) en 1968.

Un premier tube sorti par le petit label Philly Groove Records qui permit au groupe d’atteindre dès leurs débuts la 4e place du Billboard Hot 100 singles.


La-La (Means I Love You), The Delfonics, 1968



Associés au génial producteur Thom Bell, par la suite directeur artistique du mythique label Philadelphia International Records, The Delfonics enchaîne les succès avec Didn’t I (Blow Your Mind This Time) récompensé par un Grammy Award en 1971 puis Ready or Not Here I Come (Can’t Hide From Love), déjà un succès cela avant même qu’il soit samplé par The Fugees en 1996 pour le tube planétaire Ready or Not.



Didn't I (Blow Your Mind This Time) , The Delfonics, 1970



Lorsqu’au début des années 1970, Thom Bell décide d’arrêter de produire pour The Delfonics afin de se consacrer aux groupes The Stylistics et The Spinners, le manque de créativité musicale se fait rapidement ressentir au sein du groupe. Après avoir sorti 5 albums entre 1968 et 1974, le groupe finit par se séparer en deux.

Chaque partie continuera à se produire sur scène sans pour autant enregistrer de nouveaux titres.

William Hart était reconnu dans l’univers de la soul pour sa voix de fausset si reconnaissable qui en faisait l’un des emblématiques représentants des versants les plus romantiques de la soul américaine.

L’artiste aimait justifier les complaintes et les gémissements très présents dans la soul symphonique de l’époque par le fait que « les hommes sont généralement les perdants en amour et les femmes aiment entendre les hommes dire qu’ils sont désolés. ».

Grand admirateur du groupe, Quentin Tarantino cita largement The Delfonics dans son film Jackie Brown en 1998 avec la chanson Didn’t I (Blow Your Mind This Time). Cet hommage offrit au groupe un regain de popularité à l’orée des années 2000.



The Delfonics dans Jackie Brown, Quentin Tarantino, 1998

Une belle récompense pour The Delfonics et son leader William Hart, un doux rêveur qui voyait ses mélodies et ses paroles arriver « en pleine nuit, dans (ses) rêves sans vraiment savoir comment. ».